Isolation des combles : comment faire ?

Zoom sur les avantages de l’isolation des combles

Les combles font partie d’une maison qu’ils soient aménageables ou non. Ce sont les endroits où la chaleur s’échappe le plus de la maison. Pourtant, il est possible d’isoler cette partie pour prévenir la perte thermique et mieux économiser. Mais comment isoler des combles ?

Zoom sur les avantages de l’isolation des combles

Avant de lancer les travaux d’isolation des combles ou les démarches administratives, il est important de rappeler les principaux avantages de l’isolation des combles. D’abord, isoler une maison signifie empêcher l’air ou l’eau pluviale de pénétrer à l’intérieur. Mais cela signifie également empêcher la déperdition thermique. On isole la maison pour éviter la pénétration de l’air froid en hiver et de faire sortir la chaleur des pièces. L’isolation d’une maison peut avoir plusieurs formes. On peut alors isoler des murs, le sous-sol ou la cave, le garage, la toiture, les fenêtres et portes et même les combles. Les combles sont considérés comme sources de déperdition de la chaleur. S’ils ne sont pas isolés, on ne sera pas à l’abri du vent ou du courant d’air. L’isolation des combles est considérée comme la réponse à la hausse d’une facture énergétique qui est particulièrement due au chauffage. Le chauffage est en effet un besoin vital en hiver. Ainsi, on pourrait certainement l’utiliser en permanence pour chauffer la maison ou pour produire de l’eau chaude.

Les avantages de l’isolation des combles sont multiples. D’abord, lorsque la chaleur est retenue à l’intérieur grâce à un isolant, on peut alors réaliser des économies. On consomme moins d’énergie pour faire fonctionner le chauffage car la chaleur est optimale. Ensuite, l’isolation des combles permet aussi de réguler la température de la maison et ce au fil des saisons. Ainsi, en été, on profite d’un grand rafraichissement dans son logement et en hiver, on gagne en confort thermique optimal. Notons que pour bien s’isoler du froid, on doit réaliser des travaux d’isolation. Ces travaux sont beaucoup plus complexes si on ne se tourne pas vers des aides gouvernementales. Par ailleurs, isoler les combles permet aussi de préserver la santé des occupants et celle du bâtiment. L’eau et le froid pénètrent par la toiture. Au fil du temps, le taux d’humidité va s’augmenter. Par conséquent, cela va entrainer la dégradation des murs et donc de l’ensemble de la fondation. Mais l’absence d’isolation est aussi à l’origine de nombreuses pathologies chroniques comme le rhumatisme, les douleurs musculaires ou bien des troubles respiratoires graves.

Etre conforme aux critères de performance

Même si les travaux paraissent moins complexes, ils représentent tout de même un gros investissement. C’est pourquoi, il faut bien tondre les oreilles et connaitre les réglementations en vigueur en matière de performance et en isolation des combles. Pour que les isolants répondent à ces exigences, il faudrait alors tenir compte, voire évaluer leur résistance thermique qui doit être de R=8m².K/W pour un logement neuf et R=7m².K/W. Si on souhaite faire une rénovation thermique, cette norme imposée par le crédit d’impôt doit être respectée. Cependant, lorsqu’on parle d’isolation de rampants de toitures et des plafonds de combles, la norme en résistance thermique doit être de R=6m².K/W. Il faut alors considérer ces détails au moment de l’achat des isolants et cela, afin d’obtenir un crédit d’impôt de 30% environs mais dans la limite d’un plafond de 100 euros par m2.  Il est donc important de trouver des matériaux répondant à ces performances pour bénéficier d’un crédit d’impôts.

Mais ce qui nous intéresse ici, ce sont les combles. Pour les combles aménagés, il faut être conforme à la résistance thermique : 4,0 m2.K/W. Pour les combles perdus, il faut respecter la norme de résistance thermique de 4,5 m2.K/W. Notons que la performance d’un isolant va dépendre de certains paramètres notamment la conductivité de l’isolant, son épaisseur mais aussi de sa résistance thermique. Pour isoler ses combles, il est possible en effet de recevoir une subvention à 30%. De cette manière, on pourra alors réduire le coût d’investissement de son isolation. Avec le crédit d’impôt, on peut également bénéficier d’un avantage fiscal et ce, sans condition de ressources. Mais si on n’est pas imposable, on peut quand même toucher un chèque auprès des pouvoirs publics.

Le choix du meilleur isolant

L’isolation des combles implique un choix décisif notamment sur l’isolant. Il existe tout un large panel sur le marché mais cela va dépendre de nombreux critères : du type de comble, de la surface à isoler, du climat de la région, etc. En tout cas, plus de 75% des foyers utilisent la laine de verre pour isoler ses combles. Mais d’autres isolants ont aussi droit à leur part de contribution dans l’isolation des combles. On peut opter pour un isolant d’origine animale ou végétale. En revanche, si on ignore lequel choisir, il est alors conseillé de s’adresser à un expert. On peut tout de même en citer plusieurs : la laine de roche, la laine de chanvre, la laine de lin, le liège, la laine de mouton, la laine de bois. Mais on retrouve aussi des isolants minces, des isolants synthétiques et de la ouate de cellulose. Ainsi, avant de poser les isolants, il est important de choisir le matériau ayant une bonne performance thermique et qui résiste aussi aux intempéries.

Le mieux est donc de consulter un professionnel. Il sera en mesure de conseiller les meilleurs isolants pour les combles. Il s’agit en effet d’une opération ardue qui nécessite des compétences techniques mais aussi une grande habileté. Les isolants doivent être bien posés pour profiter pleinement d’une isolation durable et efficace. Si on ignore alors comment poser les combles perdus ou les combles aménageables, on risque de perdre davantage d’argent en refaisant l’opération. Les techniques de pose sont différentes tant pour les combles perdus que pour les combles aménageables. C’est pour cette raison que l’on doit envisager cette possibilité de faire appel à un professionnel.

Bien poser les isolants pour les combles

Lorsqu’on réalise l’isolation des combles, il faut connaître les techniques pour les combles aménageables et perdus. Environs 30% de la chaleur s’échappe par les combles perdus. Plusieurs techniques de pose sont envisageables. On peut alors poser les isolants au niveau du plancher de grenier. Il faut simplement dérouler le matériau sur le sol en adoptant la technique de soufflage.  Cette technique consiste à souffler l’isolant sous forme de flocon dans les combles perdus. Pour les combles aménageables, ils sont généralement chauffés après la pose d’isolant. En principe, cela consiste à isoler les rampants de la toiture. L’isolant devrait alors avoir une bonne résistance soit supérieure ou égale à 6 m²K/W. On peut aussi isoler les rampants soit par extérieur soit par intérieur. On pose alors la laine isolante sous forme de panneaux ou de rouleaux. Si c’est par l’intérieur, il faut isoler les combles sous les rampants notamment au niveau du toit. Si c’est par l’extérieur, on adopte la technique du sarking. Ce qui veut dire qu’on réalise le détuilage, ce qui demeure assez complexe. Il est donc conseillé de faire appel à un professionnel pour procéder à cette opération.

Bref, l’isolation des combles gagne de l’intérêt de nos jours car on peut obtenir des subventions mais aussi une économie d’énergie. Isoler ses combles nécessite le respect des réglementations notamment sur les critères de performance des isolants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.